Cartooning for Peace / LIBERTÉ D’EXPRESSION SOUS PRESSION – Turquie

LIBERTÉ D’EXPRESSION SOUS PRESSION – Turquie

La Turquie est dans une situation générale de dégradation de la liberté de la presse. Le pouvoir turc exerce des pressions sur les médias et adopte des lois répressives contre les médias critiques du gouvernement. Pourtant, la Turquie est un pays signataire de la Convention européenne des droits de l’homme…

En Octobre 2015, selon Le Monde, « 15 chaînes de télévision ont été saisies ou interdites d’émettre par les autorités turques», des centaines de journalistes sont poursuivis, notamment accusés d’avoir « insulté le président » » (lire l’article de Marie Jégo, paru le 27 novembre 2015 dans Le Monde).

Can Dündar, directeur en chef du journal Cumhuriyet, et son représentant à Ankara, Erdem Gül, ont été emprisonnés pour espionnage, le 26 novembre 2015, pour avoir dévoilé en mai 2014 la livraison d’armes par les services secrets turcs à des groupes islamistes syriens. Ils sont inculpés pour « aide à une organisation terroriste, d’espionnage politique et militaire, et de révélation d’informations devant rester secrètes ». Le parquet turc requiert la prison à vie pour les deux journalistes.

Can Dündar est arrêté une semaine après avoir reçu le prix Reporters Sans Frontières pour la liberté de la presse. Suite à ces deux arrestations, Reporters Sans Frontières et l’Association des journalistes de Turquie (TGC) organisent une conférence de presse le 1er décembre à Istanbul, lançant un appel général à la libération des journalistes emprisonnés en Turquie.

Le 25 février 2016, après 3 mois d’emprisonnement, la détention préventive de Can Dündar et Erdem Gül est déclarée illégale par la Cour Institutionnelle de Turquie : les deux journalistes devraient être remis en liberté d’ici peu. Leur procès débutera par ailleurs le 25 mars, ils encourent toujours une peine de prison à vie.

Cartooning for Peace suit par ailleurs de près l’évolution de la liberté d’expression en Turquie : les dessinateurs de presse sont également la cible de pressions et censures diverses, comme l’illustre le cas du célèbre dessinateur du Cumhuriyet, Musa Kart.

Le 22 janvier 2016,  le dessinateur brésilien Latuff révèle également dans un entretien pour le journal Al Monitor que l’accès à son site internet est interdit depuis la Turquie, à cause d’un dessin très critique envers Erdogan.

Partagez sur :

Gallery