Cartooning for Peace / L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME

L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME

L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME

Communiqué de presse Cartooning for Peace et CRNI
Vendredi 10 janvier 2020

Annoncé par le CNLD et confirmé par sa famille, l’artiste-bédéiste Nime a été remis en liberté le 2 janvier 2020 après avoir purgé un mois de sa peine à la prison d’Oran. Pour rappel, Nime avait été condamné à un an de prison dont 3 mois fermes pour la publication de caricatures et était incarcéré à la prison d’Oran.

Selon la télévision nationale, 76 personnes incarcérées dans le cadre du « Hirak », soit environ la moitié des quelques 140 personnes détenues pour leur participation au mouvement ont été remises en liberté selon le CNLD. Celle-ci évoque également une « instruction nationale de la présidence de la République pour la libération des otages pour essayer de gagner (la bienveillance de) la rue ».

Bien que libre, Nime était appelé à comparaître devant la justice ce jeudi 9 janvier 2020. Ses proches espéraient l’acquittement. Cependant, comme annoncé par le CNLD sur sa page Facebook et comme confirmé par sa famille ce 10 janvier, le dessinateur reste condamné à 1 an de prison avec sursis. Selon la famille, il est également contraint à payer une amende de 20 000 Dinar Algérien. Le matériel appartenant aux membres de sa société Creature a été retourné, à l’exception de celui de Nime, le privant ainsi de son outil de travail et de ses archives.

Une décision préjudiciable qui contraste avec la volonté d’ouverture affichée le 2 janvier et impacte la liberté d’expression et de création de l’artiste en le maintenant sous contrôle.

Bien qu’ils se réjouissent de la remise en liberté de l’artiste, Cartooning for Peace et Cartoonists Rights Network International rappellent que dessiner n’est pas un crime et espèrent que la justice reviendra sur cette décision en allant au bout de la démarche entamée le 2 janvier et acquittera l’artiste dans les meilleurs délais.  

Elles en profitent pour remercier l’ensemble des dessinateurs, dessinatrices et partenaires pour leur mobilisation autour de Nime. Une solidarité qui a touché l’artiste. 

Pour plus d’informations :

Mise à jour du 16 décembre 2019
Communiqué de presse Cartooning for Peace et CRNI

Le 11 décembre 2019, l’artiste Abdelhamid Amine, alias Nime, a été condamné à 1 an de prison, dont 3 mois fermes, par le tribunal de Cité Djamel à Oran.

Arrêté le 26 novembre dans les locaux du studio d’animation graphique Creature, qu’il a fondé, il a été placé en détention provisoire jusqu’à son audience du 5 décembre et le matériel de l’entreprise saisi par la police. Il a finalement été condamné le 11 décembre pour « insulte au Président de la République et au chef d’Etat-major des armées ».

Amine n’a pas d’antécédents d’arrestation ou de détention, mais cette poursuite intervient immédiatement après la publication d’une série de caricatures politiques entre le 3 et le 14 novembre 2019 sur son blog (voir liens ci-dessous pour plus d’informations). Des personnes de contact en Algérie ont identifié la caricature intitulée « L’Elu » comme la pièce principale de l’offense à l’état.

Les dessins de Nime représentaient plusieurs symboles du pouvoir de l’état et les candidats à l’élection présidentielle du 12 décembre 2019, probablement remportée par Abdelmadjid Tebboune. Ils s’inscrivaient dans l’esprit du vaste mouvement de protestation de la société algérienne, le Hirak. Une expression d’un mécontentement largement réprimée par les autorités, comme l’ont déclaré Amnesty International et Human Rights Watch, entre autres.

Il est actuellement détenu dans un grand dortoir de 150 personnes à la prison civile d’Oran. Il n’a pas accès à du matériel d’écriture ou à des livres et a droit à une visite familiale de vingt minutes tous les quatorze jours, communiquant avec eux par une fenêtre et un interphone. La confirmation du verdict le 11 décembre est inquiétante car elle illustre un musellement croissant de toutes les formes d’expression, rappelant une période sombre de l’histoire du pays. Un pays où l’humour et la satire représentent un riche patrimoine qu’il faut préserver. Les conditions de son emprisonnement sont également choquantes.

A ce titre, Cartooning for Peace et Cartoonists Rights Network International condamnent cette décision et demandent la libération immédiate de l’artiste. Nous rejoignons ainsi le large mouvement de solidarité avec Nime et appelons toutes les associations de défense de la liberté d’expression et des droits humains à user de leur influence pour libérer Nime. Nous appelons également la communauté des dessinateurs à continuer d’utiliser leur art pour soutenir Nime et créer des œuvres évoquant l’injustice qui se produit à Oran.

Pour plus d’informations :

(en anglais)

Télécharger le communiqué de presse : 2019-12-16- CP- CFP – CRNI- condamnation Nime (Algérie)

Mise à jour du 11 décembre 2019

Aujourd’hui, le verdict concernant le dessinateur Abdelhamid Amine, alias Nime est tombé : selon le CNLD et Creature, qui ont publié des communiqués sur les réseaux sociaux, il vient d’être condamné à une année de prison dont 3 mois fermes par le tribunal d’Oran.

Communiqué de Creature publié sur leur page Facebook :

Le verdict concernant le procès de Nime a été rendu aujourd’hui, le 11/12/2019 à 10h30 au niveau du tribunal de Cité Djamel à Oran.

Benabdelhamid Amine, dit Nime, a été reconnu coupable et a été condamné a un an de prison dont 9 mois avec sursis et 3 mois fermes.

Nous vous tiendrons informés de toute nouvelle information concernant l’affaire en cours.

Merci de ne pas diffuser de fausses informations et de vous en remettre aux proches et à la famille de Nime avant de publier ou de poster des informations concernant cette affaire.

L’équipe de Creature et les proches de Nime.

Un verdict confirmé par la section d’Amnesty Algérie.

Cartooning for Peace s’inquiète de cette décision prise à la veille du scrutin. Elle représente une atteinte flagrante à la liberté d’expression et s’inscrit dans la récente vague d’arrestations survenues ces dernières semaines. Cartooning for Peace espère la libération prochaine de l’artiste et est solidaire de Nime et ses proches.

De nouvelles informations seront publiées dans les jours à venir.

Mise à jour du 6 décembre 2019

L’artiste-peintre et bédéiste algérien Nime arrêté pour des caricatures politiques

Selon un communiqué publié ce jeudi 5 décembre par l’entreprise Creature pour laquelle Abdelhamid Amine, alias Nime travaille :

« Benabdelhamid Amine, dit Nime, a été jugé aujourd’hui au tribunal de Cité Djamel à Oran. Le verdict de son procès sera rendu le Mercredi 11 Décembre 2019.L’équipe de Creature ainsi que tous ses proches tient à remercier toutes les personnes qui ont, de près ou de loin, soutenu Nime durant cette épreuve.Nous nous engageons à vous tenir au courant de toute avancée concernant l’affaire en cours sur cette page facebook et espérons tous ensemble revoir Nime très bientôt. »

Selon les dires des proches de l’artiste, une sentence de 18 mois de prison serait requise à son encontre pour « insulte à l’Etat et à des figures représentatives de l’Etat » en rapport avec la série de dessins qu’il a réalisés entre le 3 et le 14 novembre 2019 mais comme l’indique le communiqué de Creature, le verdict sera rendu le 11 décembre 2019.

Cartooning for Peace continue à suivre la situation de près et attend avec impatience le verdict.

Communiqué de presse Cartooning for Peace
Paris, le vendredi 29 novembre 2019

Selon le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD), l’artiste Abdelhamid Amine a été arrêté le 26 novembre 2019 dans les locaux de son agence de publicité et son matériel a été saisi. Il a été présenté ce jeudi 28 novembre devant le procureur du tribunal de la Cité Djamel d’Oran et a été placé en détention provisoire. Les charges retenues contre lui seront précisées lors de l’audition du 5 décembre prochain.

Toujours selon le CNLD, son arrestation serait relative à la publication d’œuvres de caricature politique dont celle ci-dessous publiée le 3 novembre, intitulée « L’élu ». Évoquant le roman « Cendrillon », elle représentant les cinq candidats à l’élection présidentielle prévue le 19 décembre 2019 et le Chef d’Etat-Major Ahmed Gaïd Salah chaussant Abdelmajid Tebboune, l’un des candidats à l’élection. En arrière-plan, on aperçoit la silhouette du président sortant, Abdelaziz Bouteflika.

Cartooning for Peace suit de près la situation de l’artiste et attend l’audience du 5 décembre pour connaître la raison de son incarcération et pour connaître les charges qui sont retenues contre l’artiste.

Partagez sur :

En images

  • Willis From Tunis (Tunisie / Tunisia)
    L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME - Willis From Tunis (Tunisie / Tunisia)
  • Ballouhey (France)
    L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME - Ballouhey (France)
  • Biz (France)
    L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME - Biz (France)
  • Batti (France)
    L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME - Batti (France)
  • Stephff (France-Thaïlande)
    L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME - Stephff (France-Thaïlande)
  • Placide (France)
    L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME - Placide (France)
  • Delambre (France)
    L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME - Delambre (France)
  • Marco de Angelis (Italie / Italy)
    L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME - Marco de Angelis (Italie / Italy)
  • Le Hic (Algérie / Algeria)
    L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME - Le Hic (Algérie / Algeria)
  • Becs (Argentine / Argentina)
    L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME - Becs (Argentine / Argentina)
  • Glez (Burkina Faso)
    L’artiste bédéiste Nime libre mais toujours condamné en sursis #FREENIME - Glez (Burkina Faso)
  • Willis From Tunis (Tunisie / Tunisia)
  • Ballouhey (France)
  • Biz (France)
  • Batti (France)
  • Stephff (France-Thaïlande)
  • Placide (France)
  • Delambre (France)
  • Marco de Angelis (Italie / Italy)
  • Le Hic (Algérie / Algeria)
  • Becs (Argentine / Argentina)
  • Glez (Burkina Faso)