Cartooning for Peace / Côte d’Ivoire

Côte d’Ivoire





Contexte

 Malgré l’insolente croissance économique du pays, la population ivoirienne se plaint d’une paupérisation de plus en plus importante. (Taux de pauvreté de 50% en 2014) due au chômage (50 % chez les jeunes), au manque d’infrastructures de base (santé, éducation, logement, énergie), à la corruption et la mal gouvernance. Ce contexte social difficile a vu émerger des dynamiques de violence impliquant les jeunes dans l’espace urbain.

Les difficultés rencontrées par les cadres traditionnels de socialisation que sont la famille, la communauté et l’école en particulier, ont conduit nombre de jeunes à subvenir à leurs besoins et s’affirmer dans la rue. Certains se sont tournés vers des bandes organisées de (pré)adolescents et jeunes communément appelés « microbes » qui dérobent violemment les populations. Ces bandes leur offrent des perspectives d’évolution socio-économique, une protection ainsi que le cadre affectif qui leur manque. Ce phénomène est principalement concentré à Abidjan dans les communes populaires d’Abodo, de Yopougon et d’Attécoubé.

Nos partenaires

Interpeace est une organisation internationale dont le siège est basé à Genève, en Suisse. Depuis 23 ans, elle accompagne les populations et leurs autorités dans la consolidation de la paix à long terme, renforçant les capacités locales de gestion pacifique des conflits. Elle assiste également la communauté internationale dans son rôle d’appui aux efforts de consolidation de la paix dans le monde. Présente en Côte d’Ivoire depuis 2012, Interpeace travaille en partenariat étroit avec l’association Indigo Côte d’Ivoire. Cette collaboration permet de combiner l’apport méthodologique et l’expérience internationale d’Interpeace avec la capacité unique d’Indigo Côte d’Ivoire de pénétration et d’implication des communautés ivoiriennes, à travers le dialogue inclusif et participatif.

Interpeace et Indigo Côte d’Ivoire travaillent ensemble depuis 2015 sur la réinsertion des jeunes dits « microbes » Un enseignement majeur de cette initiative est la nécessité de travailler sur l’image de ces jeunes. Une réinsertion réussie passe en premier lieu par un changement de perception des jeunes envers eux-mêmes, ainsi qu’un changement de regard de leur entourage, mais également de la société à travers les médias en particulier.

L’association des dessinateurs de presse de Côte d’Ivoire, Tâche d’Encre a pour objectifs de promouvoir les métiers de dessinateurs de presse et de bande dessinée et les artistes qui le pratiquent ; de favoriser le rapprochement des artistes ivoiriens entre eux, tisser des relations d’échange et de travail avec les artistes des autres pays ;d’organiser des séminaires de formation et des ateliers de spécialisation ; créer des plateformes d’expression tels que salons, festivals, expositions ; sensibiliser, informer, éduquer et distraire par le biais du dessin. C’est l’association qui est à l’origine du festival de la caricature et du dessin de presse « Coco Bulles » de Grand Bassam dont Cartooning for Peace était partenaire en 2017.

Nos actions communes

Tâche d’Encre et Cartooning for Peace s’associent à Interpeace et Indigo Côte d’Ivoire afin de contribuer au développement d’une meilleure compréhension du phénomène des adolescents et jeunes dits « microbes » par les populations abidjanaises, à travers la création participative et la large diffusion de dessins de presse portant sur la thématique. Il s’agit à la fois de favoriser la libération de la parole des jeunes et de leur permettre avec l’appui des dessinateurs de transcrire en supports dessinés leurs réalités et d’influencer la médiatisation du phénomène à travers la diffusion des supports développés dans la presse, sur la radio et les réseaux sociaux notamment.

Les dessinateurs de presse ivoiriens impliqués dans le programme, Willy Zekid, Lassane Zohore, Jihel et Fletcho sont formés aux techniques d’animation participative d’Indigo Côte d’Ivoire et animent aux côtés des éducateurs des ateliers de dialogue et de facilitation avec les jeunes. Le dessin de presse est utilisé à la fois comme un catalyseur pour débloquer la parole des jeunes et comme un moyen d’expression de leurs réalités. A l’issue de ce travail de facilitation, une boîte à images permettra de poursuivre le travail au sein d’autres groupes et la réalisation de petits films animés d’engager une campagne de sensibilisation auprès des médias et du grand public sur le phénomène.


Outils

Télécharger l’étude d’Interpeace sur le phénomène des enfants « microbes » ici.

En savoir plus sur le festival Cocobulles ici.

 


LOGO-UECe projet est soutenu par l’Union européenne dans le cadre de « Dessinons la Paix et la Démocratie »

Partenaires

  • Interpeace_Logo
  • logo
  • Capture d’écran 2018-01-22 à 11.18.27
Partagez sur :

En images

  • Inauguration de l’exposition
    Côte d’Ivoire - Inauguration de l’exposition
  • Inauguration de l’exposition
    Côte d’Ivoire - Inauguration de l’exposition
  • Atelier avec Nicolas Vadot
    Côte d’Ivoire - Atelier avec Nicolas Vadot
  • Atelier avec Nicolas Vadot
    Côte d’Ivoire - Atelier avec Nicolas Vadot
  • Atelier avec Nicolas Vadot
    Côte d’Ivoire - Atelier avec Nicolas Vadot
  • Atelier avec Nicolas Vadot
    Côte d’Ivoire - Atelier avec Nicolas Vadot
  • Atelier avec Willy ZeKid © Olympia de Maismont
    Côte d’Ivoire - Atelier avec Willy ZeKid © Olympia de Maismont
  • Atelier avec Willy ZeKid © Olympia de Maismont
    Côte d’Ivoire - Atelier avec Willy ZeKid © Olympia de Maismont
  • Inauguration de l’exposition
  • Inauguration de l’exposition
  • Atelier avec Nicolas Vadot
  • Atelier avec Nicolas Vadot
  • Atelier avec Nicolas Vadot
  • Atelier avec Nicolas Vadot
  • Atelier avec Willy ZeKid © Olympia de Maismont
  • Atelier avec Willy ZeKid © Olympia de Maismont

En vidéo