Cartooning for Peace / Burkina Faso

Burkina Faso





Contexte

Le Pays des hommes intègres a connu ses dernières années un renforcement de son tissu associatif et un engagement plus grand des citoyens burkinabè dans l’avenir du pays qui a conduit en octobre 2014 à la démission de son président, Blaise Compaore au pouvoir depuis 27 ans. Cette mobilisation populaire a notamment été possible grâce à l’important travail des associations culturelles et de défenseurs des droits qui ont instillé une culture du débat publique et de la citoyenneté dans la société.

Notre partenaire

Cartooning for Peace et le Festival Ciné Droit Libre s’associent afin de promouvoir auprès des jeunes et des détenus burkinabè une culture de paix et de démocratie à travers le dessin de presse. Ciné Droit Libre est un festival fondé en 2004 au Burkina-Faso par l’association Semfilms. Il se tient chaque année dans 4 pays d’Afrique de l’Ouest, à savoir le Burkina-Faso, le Sénégal, le Mali et la Côte d’Ivoire. La mission de Ciné Droit Libre est de promouvoir et de défendre les droits humains ainsi que la liberté d’expression en Afrique.

Nos actions communes

Dessinons la paix et la démocratie au Burkina-Faso commence lors de la dernière édition du Festival à Ouagadougou (9-16 décembre 2017) sous le thème des migrations. Les Coordinateurs des Clubs Ciné Droit Libre et les dessinateurs de presse burkinabè suivent pendant deux jours une formation à la pédagogie Cartooning for Peace de libération de la parole par le dessin de presse. Ensemble ils vont à la rencontre des jeunes de quatre établissements scolaires ouagalais et des détenus de la Maison d’Arrêt Centrale de Ouagadougou (MACO).

Avec le soutien de l’Institut français de Ouagadougou, une exposition Dessinons la paix et la démocratie au Burkina-Faso propose un regard croisé des dessinateurs burkinabés Glez, Marto, Timpous, Sam, Main 2 Dieu, Zoetaba, Ledon, Deris sur les grands sujets de société du Burkina-Faso (Education, migrations, santé…)

L’exposition circule en 2018 dans les Clubs Ciné Droit Libre de Dori, Ouahigouya, Koudougou, Bobo et Fada accompagnée de projections, débats et rencontres avec les dessinateurs de presse.

Deux établissements pénitentiaires burkinabè accueillent en 2018 des dessinateurs pour un débat avec les dessinateurs et une fresque collaborative sur le modèle de celle réalisée en décembre 2017 à la MACO.


Outils

Télécharger le communiqué de presse ici.

En savoir plus sur le festival ici.

Découvrir l’exposition « Dessinons la paix et la démocratie » ici.


LOGO-UECe projet est soutenu par l’Union européenne dans le cadre de « Dessinons la Paix et la Démocratie »

Partenaires

  • logo-semfilms-bonne reso
  • logo-cinedroitlibre-bonne reso
  • IPzrNtq-_400x400
Partagez sur :

En images

  • Formation des dessinateurs © Olympia de Maismont
    Burkina Faso - Formation des dessinateurs © Olympia de Maismont
  • Formation des dessinateurs © Olympia de Maismont
    Burkina Faso - Formation des dessinateurs © Olympia de Maismont
  • Atelier avec les jeunes © Olympia de Maismont
    Burkina Faso - Atelier avec les jeunes © Olympia de Maismont
  • Formation des dessinateurs © Olympia de Maismont
    Burkina Faso - Formation des dessinateurs © Olympia de Maismont
  • Création d’une fresque collective à la MACO © Olympia de Maismont
    Burkina Faso - Création d’une fresque collective à la MACO © Olympia de Maismont
  • Création d’une fresque collective à la MACO © Olympia de Maismont
    Burkina Faso - Création d’une fresque collective à la MACO © Olympia de Maismont
  • Création d’une fresque collective à la MACO © Olympia de Maismont
    Burkina Faso - Création d’une fresque collective à la MACO © Olympia de Maismont
  • Formation des dessinateurs © Olympia de Maismont
  • Formation des dessinateurs © Olympia de Maismont
  • Atelier avec les jeunes © Olympia de Maismont
  • Formation des dessinateurs © Olympia de Maismont
  • Création d’une fresque collective à la MACO © Olympia de Maismont
  • Création d’une fresque collective à la MACO © Olympia de Maismont
  • Création d’une fresque collective à la MACO © Olympia de Maismont