Cartooning for Peace / ÉVÉNEMENT / Liban : la jeune dessinatrice Priscilla Bassil remporte le Trophée « La Plume de Pierre », remis par Plantu

Liban : la jeune dessinatrice Priscilla Bassil remporte le Trophée « La Plume de Pierre », remis par Plantu

Trophée la Plume de Pierre

Priscilla Bassil, jeune étudiante libanaise, remporte le premier prix lors de l’édition inaugurale du Trophée « La Plume de Pierre » jeudi 2 mars, en présence de Plantu. Le Trophée « La Plume de Pierre », prenant place à Beyrouth au Liban, vise à récompenser les meilleurs dessins de presse réalisés par des étudiants en arts.

Priscilla Bassil, premier prix du concours « la Plume de Pierre », aux côtés de Ghada Sadek Abela. Photo Michel Sayegh

Priscilla Bassil, premier prix du concours « la Plume de Pierre », aux côtés de Ghada Sadek Abela. Photo Michel Sayegh

Ce nouveau concours est le résultat de l’association du Trophée Presse Citron, de l’Alba (Académie libanaise des arts) et de la Fondation « Pierre Sadek ». Parrainée par Plantu, président de Cartooning For Peace, cette première édition s’est ouverte sur plusieurs hommages au mythique dessinateur libanais Pierre Sadek, décédé en 2013.

La Fondation qui porte son nom organise désormais chaque année ce grand rendez-vous du dessin de presse au Liban. Elle vise par ailleurs à promouvoir les valeurs essentielles associées au dessin de presse que sont la responsabilité sociale, la démocratie, la participation et le développement.

PRISCILLA BASSIL USEK

A tous les Libanais et à toutes les sectes libanaises: Bonne nuit le pays ! Sur les ailerons de requins: chiite, druze, orthodoxe, sunnite, maronite, catholique. 

Et c’est Priscilla Bassil, étudiante à l’Université Saint-Esprit de Kaslik, qui recoit le premier prix des mains du parrain Plantu, de Ghada Sadek Abela (fille de Pierre Sadek), et des ministres de la Culture et de l’Information Ghattas Khoury et Melhem Riachi.

Par son dessin, qui représente le Liban encerclé par les religions telles des requins qui rodent et menacent le pays, la jeune femme cherche à symboliser « la protestation d’un certain quotidien ». Les trois lauréats du concours sont par ailleurs invités à Paris afin d’assister à la remise du Trophée Presse Citron.

Article sur l’Orient le Jour